logo-tdc

Nouveauté !

Commandez et gérez vos billets avec l'application mobile

Télécharger Non merci

Robert NortikArtiste

Formé à l’École de théâtre Serge Martin à Genève, Robert Nortik travaille d’abord en tant que comédien. Vers 1995, il se tourne vers le solo humoristique. L’écriture tenant une place importante dans son travail, il signe des scénarios de films en plus de ses spectacles et courtes pièces. Parallèlement, il travaille dans la création vidéo, notamment avec le metteur en scène Philippe Arlaud, pourIl ritorno d’Ulisse in patria et L’incoronazione di Poppea à Genève, Ring an einem Abend à Bayreuth ou Falstaff à Baden-Baden. Il collabore également avec Pierre Strosser (Ariodante à Genève), les chorégraphes Guillermo Botelho (Frankenstein à Genève) et Blanca Li (Treemonisha au Châtelet), et le plasticien Oleg Kulik (Le Messie de Handel au Châtelet). En 2009 et 2010, il signe les effets visuels pour le AIDS Gala à Berlin, crée un remake inédit de La dolce vita sur la place des Jacobins à Lyon, et propose des effets inspirés de la lanterne magique pour Métronome (mise en scène de Pascal Legitimus) et la Revue genevoise (mise en scène de Gaspard Boesch). En 2011, il conçoit également une vidéo-projection pour la fête du millénaire de la ville de Neuchâtel. Depuis 2012, Robert Nortik est revenu au théâtre parlé, avec des scénographies vidéo pour Les Frères Karamazov de Dostoïevski (mise en scène de Michel Favre), La Nuit remue d’Henri Michaux (mise en scène de Patrick Mohr), la trilogie Contre le progrès. Contre l’amour. Contre la démocratie d’Esteve Soler et, tout dernièrement, Petits crimes conjugaux d’Éric-Emmanuel Schmitt (mise en scène de Thierry Roland).