logo-tdc

Nouveauté !

Commandez et gérez vos billets avec l'application mobile

Télécharger Non merci

Fanny ArdantArtiste

Du théâtre au cinéma en passant parle petit écran, la carrière deFanny Ardant parcourt tous les genres depuis ses débuts en 1974, dans Polyeucte de Corneille mis en scène par Dominique Leverd. L’envol survient au tournant des années 1970-1980 avec deux séries télévisées de Nina Companeez accueillies en triomphe (Les Dames de la Côte, puis Le Chef de famille) et trois films signés par d’illustres cinéastes (Les uns et les autres de Claude Lelouch, La Femme d’à côté de François Truffaut, La Vie est un roman d’Alain Resnais, qui remporte le prix Louis Lumière).
Depuis, Fanny Ardant a enchaîné les succès. Au théâtre d’abord, avec notamment Mademoiselle Julie de Strindberg (1983), Don Juan de Molière (1987), Master Class de Terrence McNally (1995-1996), La Bête dans la jungle de Henry James (2004), La Maladie de la mort (2006-2008) et Des journées entières dans les arbres (2014) de Marguerite Duras,Music Hall de Jean-Luc Lagarce (2008-2009) et L’Année de la pensée magique de Joan Didion (2011).
Au cinéma ensuite, où elle a retrouvé François Truffaut pour Vivement dimanche (1984), Claude Lelouch pour Romande gare (2006) et Alain Resnais pour L’Amour à mort (1984) et Mélo (1985), aux côtés de Costa Gavras (Conseil de famille en 1985), Ettore Scola (La Famille en 1986, Le Dîner en 1998), Michel Deville (Le Paltoquet en 1986), Patrice Leconte (Ridicule, qui obtient en 1997 le César du meilleur film), SidneyPollack (Sabrina en 1995), Gabriel Aghion (Pédale douce, qui lui vaut en 1997 le César de la meilleure actrice, puis Le Libertin en 1999), Claude Berri (La Débandade en 1998, Trésor en 2009), Franco Zeffirelli (Callas Forever en 2001), François Ozon (Huit femmes, Ours d’argent collectif au Festival de Berlin en 2002) ou Paolo Sorrentino (Il Divo en 2007, La grande bellezza en 2013).
À la télévision, enfin, on a notamment pu revoir Fanny Ardant dans La Grande cabriole de Nina Companeez (1989), Résistances de Miguel Courtois (2013), ainsi que dans Balzac (1999), Raspoutine (2011), Nos retrouvailles (id.) et Le Clan des Lanzac (2013) de Josée Dayan.
Fanny Ardant, qui a signé sa première mise en scène en 2008 (Véronique de Messager au Châtelet), s’est également produite à l’opéra en tant que récitante : Médée de Cherubini (2004), Jeanne au bûcher d’Honegger (2005, 2010-2012), OEdipus Rex de Stravinsky (2006)…