Les escaliers métalliques « système chalet » de la façade du Théâtre

Les escaliers en structure métallique situés en façade, de chaque côté du hall d’entrée, ne figuraient pas dans le projet original de Gabriel Davioud, l’architecte du Théâtre Impérial du Châtelet. Ils firent en effet l’objet d’un ajout plus tardif, en réponse à de nouvelles problématiques liées à la sécurité, examinées par M. Eugène Poubelle, alors Préfet de la Seine.

ⒸCoandCo

Un rapport du conseil municipal datant du mois de juillet 1887, et plus précisément de la « commission relative aux mesures contre l’incendie à prendre dans les théâtres municipaux », mentionnait la nécessité de fluidifier la circulation afin de se prémunir, entre autres, des dangers des mouvements de foules liés à la panique. Afin de faciliter l’évacuation des spectateurs en cas de dangers, le Préfet de la Seine et le Préfet de police avaient demandé la construction d’un escalier aboutissant aux étages les plus élevés, car l’exploitation des hôtels meublés de l’immeuble empêchait, en 1887, la prolongation dans toute la hauteur des deux escaliers débouchant avenue Victoria, qui eux desservaient uniquement le rez-de-chaussée de la salle. Le projet était alors d’établir deux grandes loggias ouvertes, assez vastes pour accueillir et évacuer le public en cas de mouvement de foule.

Plan du premier étage du Théâtre Impérial du Châtelet lors de sa conception par l’architecte Gabriel Davioud en 1862. Les parties représentées en gris foncé sur le plan, côté cour et côté jardin qui longent la salle et le vestibule d’entrée étaient alors des hôtels meublés en location. Ces appartements s’étendaient sur six niveaux, depuis l’entresol jusqu’au dernier étage.

Les travaux de charpente en fer pour la construction des escaliers de la façade du Théâtre du Châtelet furent entrepris dès 1891. L’année suivante, les deux escaliers « système Chalet » furent installés en complément de ceux déjà existants, pour servir d’issues de secours aux occupants des deux foyers, menant les spectateurs du vestibule d’entrée aux niveaux de la galerie ouverte et de la terrasse du foyer pour les places secondaires (aujourd’hui foyer Nijinski). Deux appentis vitrés furent également construits sur la terrasse afin de protéger les trémies d’escalier des intempéries.

ⒸCoandCo

Les modifications survenues pour faciliter la circulation et les accès aux différents niveaux du théâtre avaient par la suite rendu l’usage de ces escaliers obsolète. Ils furent coupés en 1979 entre la galerie ouverte et la terrasse.

Le projet de rénovation du Théâtre prévoit aujourd’hui de supprimer ces escaliers afin de libérer ces espaces, sous réserve que l’un des deux soit remonté et installé dans un autre lieu parisien, où cette technique de construction pourra à nouveau être admirée.