El Niño

A l’occasion de la nouvelle production de A Flowering Tree, retour sur les précédentes œuvres de John Adams au Châtelet.

El Niño – La nativité, de John Adams
Création mondiale le 15 décembre 2000

El Niño : la naissance d’un titre.

    Les titres, si importants mais souvent si insaisissables, doivent être à la fois suffisamment précis pour incarner la signification d’une œuvre et suffisamment ambigus pour laisser la porte ouverte à des interprétations multiples.
Quand j’ai commencé à composer cette œuvre, en 1999, mon titre de départ était
How Could This Happen ? (Comment cela a-t-il pu arriver ?). Cette phrase, traduite du latin « quomodo fiet istud », extraite de l’Antiphone de l’Avent du 24 décembre, me semblait exprimer d’une manière appropriée ma propre réaction devant le mystère de la naissance et le miracle de la Nativité. Mais au fil du temps, je me rendis compte que, en tant que titre, elle « n’allait pas bien », et constituait un problème pour plusieurs personnes. Quand l’œuvre commença à prendre forme, en particulier quand se précisa le rôle décisif des éléments hispaniques, El Niño (L’Enfant) devint un choix plus évident. J’aimais, en outre, la résonance qu’entretenait El Niño avec ces puissantes forces de la nature qui ont parcouru la planète ces dernières années. Le Christ était appelé « le grand vent » par les apôtres, ainsi El Niño figurait le même pouvoir de changer les vies et le monde qui nous entoure.
Pour le public parisien – et uniquement pour les présentes représentations –, j’ai autorisé le Théâtre du Châtelet à ajouter le titre
La Nativité, pour souligner la nature festive et particulière de cette première mondiale.
John Adams
7 novembre 2000
Extrait du programme

Photos ©Marie-Noëlle Robert / Théâtre du Châtelet

Nos prochains #ThrowBackThursay
24 avril : Nixon in China
1er mai : I Was Looking at the Ceiling and Then I Saw the Sky